jeudi 3 janvier 2019

Condamné ! Je suis condamné…


En ces jours de transition entre 2018 et 2019, je viens de vivre une aventure éprouvante. J’ai été traduit en justice pour manquement à mon obligation modéliste et condamné sans recours possible, avec publicité infamante à la clé. Je vous invite donc à être très prudent en 2019, à surveiller vos faits et gestes, à garder tout élément de preuve comme les boites d’origine et les facturettes CB, à limiter vos constructions intégrales et à accepter de sacrifier quelques économies afin de participer à la relance de l’industrie et du commerce.





Si vous voulez connaître le compte-rendu d’audience, lisez la suite !




Le président : Affaire suivante, Ministère Public contre Lavabre.


Je m’avance tout tremblant vers la barre, suivi de mon jeune avocat commis d’office.


Le président : Accusé Lavabre, ne perdons pas de temps. L’enquête a prouvé qu’en 2018, vous n’avez pas respecté votre quota d’achat de trains miniatures. De ce fait, vous vous êtes mis en infraction avec la réglementation…


Moi : Quelle réglementation ?


Le président : Veuillez ne pas m’interrompre ! Nul n’est sensé ignorer la loi et, en tant qu’abonné de Loco-Revue, revue juridique de référence, vous lisez les pages « nouveautés » et « tests » qui doivent obligatoirement déclencher un acte d’achat mensuel.


Moi : Mais j’ai des circonstances atténuantes. Cette année, j’ai dû remplacer les freins de la voiture qui grinçaient, le lave-linge qui fuyait et mon portable qui chouinait…


Le président : Arguments non valables…


L’avocat : (à l’oreille) Laissez-moi faire… (au président) Monsieur le Président, mon client, s’il n’a pas respecté, mais en toute bonne foi, ses quotas d’achat de matériel neuf, a largement œuvré à la noble cause du modélisme ferroviaire en récupérant et entretenant des caisses entières de matériel Jouef du siècle précédent qui, sans lui, aurait connu la destruction et une perte irréparable…


Le président : Quoi ! Quelle horreur ! Quelle abomination ! Ces transactions sous le manteau sont intolérables. Les bourses, les vide-greniers et les petites annonces sont autant de lieux de perdition qui échappent à tout contrôle et empêchent les véritables transactions soumises à la TVA. Votre client sera donc en outre condamné à payer l’IFI sur ce matériel…


Moi : Non ! Pas l’Impôt Ferromodéliste Inégalitaire ! Pitié…


Le président : Pas de pitié, vous payerez…


Moi : Mais j’ai quand même acheté un petit locotracteur bien sympathique qui n’attendait que moi dans sa boite bleu et jaune…


Le président : Hors de question que je tienne compte de ce « petit machin » incapable de s’aventurer sur une voie principale ou de remorquer une voiture Corail.


Moi : Il est en version digitale sonore avec le Power Pack (et toc)…


Le président : Dans ce cas… Huissier ! Veuillez saisir immédiatement ce Moyse, il servira à payer les dépens et les frais de justice.


Moi : C’est pas ma faute à moi si j’ai réservé un autorail au nom d’indien en boite bleu et jaune aussi et qui n’a pas été livré à temps…


Le président : Vous n’aviez qu’à commander le même autorail en coffret bois, vous l’auriez depuis longtemps…


Moi : Mais j’avais des kits à monter en retard et puis j’ai voulu essayer quelques constructions intégrales. Bon, j’avoue que le résultat est plutôt raté…


Le président : C’est vous qui êtes un raté, vous êtes la lie des modélistes ferroviaires, sans foi ni loi et sans talent… Je vous condamne donc à une mesure d’intérêt général : vous porterez un gilet jaune pendant un an pour travailler toutes les nuits sur un chantier de renouvellement de voie.


Moi : Non ! Pas ça ! La nuit, il faut que je dorme… Et puis ma voie est de bonne qualité (pensez-donc, de la Peco code 100), bien posée (quoique cela déraille trop souvent) avec un ballast neuf (du vrai Woodland Scenic). J’ai même une bourreuse Kibri qui passe régulièrement… Ah ! Je me souviens qu’au début de l’année, j’ai aussi acheté une draisine DU65…


Le président : Assez discuté ! Vous avez un casier vierge en votre faveur, je mets donc l’affaire en délibéré, vous vous débrouillerez avec le JAM, le Juge aux Affaires Modélistes. Affaire suivante…



Je me suis donc retrouvé dans le bureau du JAM qui m’a ouvert le dernier numéro de Loco-Revue aux pages de présentation des nouveautés de l’année à venir, dévoilées à Railexpo. Il a voulu me m’imposer une liste conséquente : RTG + AGC + 141 R. J’ai failli négocier avec un Bugatti Fulgurex (quitte à m’endetter pour une décennie). Finalement, nous sommes tombés d’accord : j’investirai dans de l’artisanat français, afin de soutenir la croissance et la compétitivité qu’il m’a dit… Il m’a laissé le choix du matériel, roulant ou de décor, et des matériaux : laiton, carton, bois, plastique, impression 3D et même résine (de quoi ?)… Mais il n’a pas voulu transiger pour le port du bracelet électronique relié à ma centrale digitale, je dois y être connecté une heure par jour au minimum.


J’ai pensé que tout cela était un rêve, option cauchemar, mais je viens de me rendre compte que j’avais scrupuleusement noté dans mon Bullet Journal une longue liste d’artisans avec leur site Internet. Il va falloir choisir, faudrait pas que je récidive…  

Aucun commentaire:

Abonnez-vous à Loco-Revue