vendredi 14 décembre 2018

Quand le foot prend le train…


Depuis la victoire de l’été 2018 de l’équipe de France de football, celui-ci a encore plus envahi notre quotidien, allant même jusqu’à s’étendre à notre loisir favori… Bien évidemment, ceux d’entre-nous qui auraient reproduit un stade de
foot sur leur réseau doivent être peu nombreux, même pour un simple terrain d’entrainement. Hormis les grands réseaux publics, je ne connais guère que le stade construit par mes élèves il y a 3 ans sur leur premier réseau HO « La Chevalière » ! 


Je ne parle pas des hordes de supporters susceptibles d’envahir quais et TGV, le prix du personnage peint est vraiment trop cher pour les reproduire ! Oui, je sais je peux peindre moi-même ces personnages, ce serait bien plus économique…


Mais chez moi, ça y est ! Le foot a pris le train… A moins que cela ne soit le contraire ! Lisez la suite…











Comme dans beaucoup d’écoles je pense, nous avons reçu un plein carton de pochettes tapageuses contenant chacune quelques cartes présentant le « joli minois viril » des footballeurs des grandes équipes françaises (du moins je le suppose car cela ne m’intéresse pas, autant le dire de suite). Il y avait aussi des pochettes plus conséquentes au contenu mystérieux, le tout envoyé par une célèbre firme italienne de cartes à collectionner au nom sentant bon le sandwich chaud. Débat pédagogique : que faire de ces cartes ? Les distribuer aux élèves risque de provoquer une forme d’addiction particulièrement meurtrière pour leurs tirelires et de réduire une fois de plus leur sommeil réparateur, cette collection étant assortie de jeux en ligne… Le carton restant donc abandonné, je me suis approprié une pochette, au moins pour voir ce qu’il y avait dedans.


Génial ! Une fois éliminés les pub, le calendrier des matchs et pleins d’autres documents complètement incompréhensibles pour un adulte moyen, il me reste un superbe classeur à pochettes. 

Coup de bol, les pochettes sont au format de mes cartes de locos, voitures et wagons. Des cartes de jeu comme beaucoup de modélistes ont, je suppose, qui me permettent de composer mes rames en tenant compte des périodes de circulation, de disposer d’aide-mémoires sur les fonctions des décodeurs sonores et de bien d’autres informations de première importance. Voilà donc comment, chez moi, le train « a pris » le foot !




Reste que la question de l’addiction est toujours d'actualité : le classeur disposant de 540 pochettes, ce qui permet de ranger le double de cartes, je risque fort d’être tenté, comme tout enfant ou ado collectionneur, de les remplir à tout prix. Il y a toutefois une grande différence avec le championnat de foot :  mes cartes ne seront pas obsolètes à la fin de la saison !




PS : les photos ont été faites sur les « restes » du réseau Train’in box de l’école, réseau qui a bien vécu, bien bougé, bien roulé... Les élèves en sont aujourd’hui lassés (mais il reste l’autre réseau, celui avec le stade de foot, qui est toujours fonctionnel), aussi j’ai récupéré ce qu’il en reste pour imaginer une rénovation totale…

Aucun commentaire:

Abonnez-vous à Loco-Revue