Soutenez TRAINSMANIA 2018 !

vendredi 18 novembre 2016

Quand t’es dans le désert…

Ne vous arrive-t-il pas de chanter tout en pratiquant votre loisir favori ? « Et  j’entends siffler le train » bien sûr, mais pas seulement. Moi, ces temps-ci ce serait plutôt du Jean-Patrick Capdevielle... Voilà donc ce qui m’est arrivé alors qu’un de mes fournisseurs avait malicieusement glissé dans mon colis un fascicule des nouveautés d’année d’une célèbre firme allemande d’accessoires de décor...

Lisez la suite en cliquant "lire la suite", en bas de ce billet...




J’ai tout d’abord négligemment feuilleté ces quelques pages, me sentant nullement concerné par l’installation sur mon réseau d’une fête de la bière ou d’un élevage d’autruches. Mais je suis tombé, dans un coin de page, sur les « Facelift-Sets » (en allemand dans le texte ?), traduits par « kits de rafraichissement » avec ses déclinaisons saisonnières. Des boites qui, comme toutes les crèmes de beauté et autres élixirs de jouvence, doivent permettre de superbes comparatifs avant/après de votre réseau terni par l’outrage des ans et les passages répétés des chats et des petits neveux. Qui a-t-il dans ces boites ? Je l’ignore tant la formule doit être secrète. Mais cette nouveauté de grande technologie m’a remis en mémoire l’existence d’un vieux réseau de type étagère au cœur de ma bibliothèque.

J’ai immédiatement déplacé les piles de livres et de revues (devinez lesquelles !) qui le cachaient à ma vue pour découvrir d’un seul regard panoramique l’étendue des dégâts et compris l’utilité de ces kits. 



Nullement découragé par le chantier, j’ai tout d’abord passé un coup d’aspirateur (j’ai désormais une pleine boite de rambardes et autres tampons orphelins). Maintenant que faire ? Le flocage, pourtant d’origine garantie nord-américaine, est irrémédiablement jauni. Enfin ce qu’il en reste puisque l’aspirateur a été plus fort que la colle d’antan. Les arbres sont déplumés, les abords de la gare bien pelés et les rues tristes à souhait. Je me suis accordé un temps de réflexion :

Option 1 : je rafraichis ce réseau comme le conseille M. Busch avec ses kits idoines.

Option 2 : j’accélère le processus et me construit un réseau victime d’un réchauffement climatique qu’aucune COP ou protocole international n’a su maitriser. J’ai déjà mes références pour coller à la réalité : ces quelques photos prises dans le désert du Néguev en Israël… 

Que me conseillez-vous ?


Quand t'es dans le désert

Depuis trop longtemps

Tu t'demandes à qui ça sert

Toutes les règles un peu truquées

Du jeu qu'on veut t'faire jouer

Les yeux bandés


photos Marie Vidal

Aucun commentaire:

Abonnez-vous à Loco-Revue